FRAGMENTS

Journal d'un travail photographique et sonore sur les abords du canal de l'Ourcq

Repérages 12: Bondy

Introduction

Cette session de travail est consacrée aux réseaux. Cette thématique constitue l’un des tableaux que nous travaillons pour l’exposition, mais que nous n’avions que peu développé jusqu’à présent. Nous nous rendons à Bondy. En effet, comme nous l’avons déjà vu lors d’un précédent repérage sur les lieux, il y a un véritable noeud routier avec les intersections entre la A3, la A86 et la N3.

carte

Les tunnels

Nous commençons notre déambulation le long de la A86, rive droite. Elle est surélevée, traversant la ville. Ainsi, plusieurs tunnels sont présents pour relier les deux côtés.

image image

Les autoroutes

Nous retournons ensuite au niveau du noeud routier. Il est impressionnant, car les routes se croisent et s’entremêlent sur tous les niveaux: aérien, terrestre et sous-terrain. Mais visuellement, ce qui accroche le regard, ce sont ces grandes structures ondulées et surélevées qui pénètrent la ville.

image image image image image image

Les passerelles

Pour traverser ces imposants réseaux routiers, la présence de passerelles est indispensable aux piétons. Seuls points de traverse, de ces espaces dédiés au flux automobiles. Structures vouées aux flux de proximité, coupant et s’opposant aux réseaux traversant routiers.

image image image image image image image image image image image image image image

Mais parfois, la passerelle ne fait que répondre à une impossibilité physique, comme marcher sur l’eau...

image image image

Conclusion

Les réseaux forment un tout, en tant que voies de communication. Ils structurent les flux, les mouvements à l’intérieur de la zone bâtie. Le piéton pourra traverser la route à telle endroit, mais pas à un autre. L’automobiliste pourra aller dans telle direction mais pas dans telle autre. Ils créent des points de rencontre, de jonction, mais également des lieux innaccessibles à certains usagers. Ainsi, ils façonnent des points de vue différents sur la ville, suivant notre mode de déplacement. Mais plus généralement, ont un rôle important dans nos vies, nos rencontres. Les choses ne seraient-elles pas très différentes si nous pouvions aller librement d’un point à un autre, par n’importe quel cheminement? Finalement, la gestion des flux joue sensiblement le même rôle que la gestion du temps par exemple. On a de grandes chances de croiser telle personne à telle heure dans telle ligne de métro. Ces réseaux créent un cadre, des habitudes.

Pourtant, ce tout n’est pas en harmonie complète. Loin de là. Les réseaux sont bien souvent en opposition, ne communiquent pas entre eux. Les flux ne sont pas toujours fluides, et un cheminement peu en empêcher un autre. C’est souvent un problème qui apparaît lorsque l’on a coïncidence entre un flux de proximité et un flux longue distance ou entre plusieurs moyens de transport.

© Basses Lumieres 2011