FRAGMENTS

Journal d'un travail photographique et sonore sur les abords du canal de l'Ourcq

Repérages 8: Villeparisis / Sevran

Introduction

Premier repérage de nuit. Nous avons élaborer l’idée de réaliser les prises de vue de certains tableau la nuit pour déconnecter les sites de leur environnement et créer des ambiances particulières. Ce premier repérage était donc l’occasion de traverser et éventuellement s’arrêter sur un certain nombre de lieux déjà visités, pour observer l’existence et la nature des éclairages de nuit. carte

Station lunaire

Nous commençons par retourner sur le site de la station d’épuration à Villeparisis. Nous souhaitions retourner dans ce lieu, la nuit, car nous avions remarqué la présence de projecteurs et il nous semblait propice à une captation nocturne avec son allure de station lunaire.

image image

Freinville

carte

Nous sommes ensuite retournés à Sevran où nous souhaitions voir plusieurs sites. Les friches que nous avions repérées de jour ne présentent pas d’éclairage, à l’excpetion de celle de Freinville qui bénéficie des lampadaires des rues à proximité. Nous entrons et découvrons que le terrain vague est en mutation, les prémices de travaux sont visibles par des trous creusés ici et là.

image image image image

De l’autre côté de la rue, une autre friche bien plus petite avait attiré notre attention et nous y entrons. Elle bénéficie elle aussi de l’éclairage des voiries. C’est un endroit étrange, avec des structures de métal ressemblant à des passerelles abandonnées. Peut-être un ancien annexe du grand complexe de Freinville?

image image

Sur le retour

carte

Sur le chemin du retour vers Paris, nous passons par plusieurs lieux que nous souhaitons traiter. La plupart ne sont pas éclairés et demanderont de repasser avec du matériel d’éclairage. Mais nous nous arrêtons à Bobigny, dans le chemin des vignes, pour revoir cette route dont les bordures créent une ambiance si particulière.

image

Conclusion

Pour cette première session de nuit, nous souhaitions traverser le maximum de lieux dèjà repérés, en voiture, pour lister ceux qui bénéficiaient déjà d’un éclairage exploitable.

Cependant, il apparaît, dans la plupart des cas, qu’il est nécessaire de créer notre propre lumière. Nous nous procurerons donc des torches pour nos prochaines prises de vues de nuit.

Mis à part les aspects techniques, l’idée de travailller le soir semble bonne. Une autre ambiance s’installe, les contours se floutent et nos sujets se détachent de leur environnement, permettant des mises en scène et des transformations du réel.

© Basses Lumieres 2011